Jour 4 – étape 3 – 20.08.2015 Galtür-Ramosch

étape3: Galtür-Ramosch
Etappe3 : Galtür-Ramosch

Aujourd’hui, enfin la météo était meilleur, ce qui ne fut pas non plus difficile. Déjà au matin on avait l’impression que la journée serait sec, mais relativement froid. Vers plus ou moins 9h00 et avec une température de 13 degré on est parti. La descente vers Ischgl sur un bon chemin était rapide, pour ensuite attaquer la montée relativement raide vers la Mittelstation. On enlevait nos vestes qui aujourd’hui nous ont servi contre le froid. Très vite on avançait. Via la Mittelstation, toujours sur chemin asphalté on passait la Bodenalpe et la Gampelalm. A partir d’ici le chemin devait rural avec des pierres concassés et montait pas trop raide jusqu’à la frontière suisse.étape3 - frontière suisse A partir d’ici, on apercevait la première vache suisse…et plusieurs marmottes nous ont croisé le chemin. Juste avant la Heidelbergerhütte, dans une petite montée, je suis tombé sans aucune raison. Sans savoir pourquoi je voulais me remettre sur mon vélo, mais très vite j’ai constaté que ma chute était du à un défaut mécanique. La roue libre de la roue arrière était cassé et pire encore restait coincé. Je pouvait que rouler, sans mettre les pieds dans les cales, car sinon je risque que le dérailleur ou patte arrière prend un coup et se casse aussi. Donc il fallait enlever la cassette et le body, mais sans outil spécial, impossible. Que faire ? Demie-tour ? J’étais éloigné d’environ 1km de la Heidelbergerhütte et vu que la dernière portion pour atteindre le sommet du Fimberpass était à faire à pied, il me restait que la descente à faire aussi à pied et essayer de trouver à destination un magasin de vélo, capable à réparer ma panne. Allons-y, le décision était la bonne ! Tout à pied et aller à Scuol ou un magasin Scott se trouve. étape3 - HeidelbergerhütteAprès une bonne heure après avoir franchi la Heidelbergerhütte on était au sommet du Fimberpass (2608hm). étape3 - Fimberpass La température mesurait que 5 degré. Maurice a encore fait quelques mètres en VTT, mais ce qui était par rapport au chemin technique presque du “Harakiri” pour ne pas se planter. Moi de toute façon était obligé de descendre à pied à cause de ma roue libre foutue et rouler sans pieds dans les cales m’était trop risqué. étape3Jusqu’à ce qu’on a franchi après +- 500 mètres de dénivelé un petit pont, le chemin devenait plus roulant. étape3 - Alp Chöglias On s’est séparé et Maurice est parti à toute allure vers Ramosch pour trouver ma femme avec la voiture afin de venir me chercher en voiture pour aller à Scuol déposer le vélo pour réparation. Dès que je pouvait dans les descente je roulait sur le vélo sans pédaler. C’était dommage mais pourtant j’avançait. Via Griosch, où j’aurait aimer faire une pause, je suis finalement arrivé à Vna, où ma femme et ma fille m’ont attendu avec la voiture pour me conduire chez le mécano à Scuol. On était déjà 16h passé et le mécanicien en toute hête a encore fait une commande pour une route libre Shimano XT et m’a fait espoir que pour demain matin l’envoi sera disponible et que je vienne récupérer la roue le matin vers 10h. J’espère qu’il a raison… Pour demain la montée vers la vallé Uina doit ainsi être abandonner et mon fils et moi ont décidé de faire l’ascension via le Passo di Costainas (voir étape 4b), vu que la montée commence à Scuol et ont ne veut plus perdre encore au moins une heure en retournant à Sent, vu que le vélo ne serait prêt que vers 11h00.

temps 3h50 – distance 41,72 – AVG 10,9km/h – denivellé positif 1278hm – dénivelé négatif 1600hm

Morgens bedeckt
matin couvert
midi éclaircis

Jour 5 – étape 4 – 21.08.2015 Ramosch-Sta.Maria

Etappe4 : Ramosch-Sta-Maria
étape4 : Ramosch-Sta-Maria

Après une nuit avec pas de sommeil, ce qui n’est pas du à notre logement, mais plutôt les soucis que je me fais en doutant que mon vélo sera réparé à temps, où que la roue libre commandé ne sera pas livrée à temps. Mais finalement tous ces soucis était sans raison. Sinon j’aurais du attendre jusque lundi, parce que aujourd’hui on était vendredi et le magasin demain sera fermé. Pourtant le plan B serait de prêter un fully et de le rendre lors du retour contre mon vieux vélo réparé. Heureusement le service du magasin Scott Bikeria était de première classe ! étape4 - BikeriaEn plus on m’a encore endedans 5 minutes réparé les freins avant en retirant l’air du circuit. J’était de nouveau en possession d’un vélo qui freine et qui roule ! Maurice est parti à 9h à Ramosch et on s’est fait Rendez-vous à Scuol au centre. La Val d’Uina était impossible de faire aujourd’hui, vu le retard accusé, mais le Passo di Costainas est de mon avis la meilleur alternative. ici on n’a pas besoin de pousser le vélo. Ce col est vraiment bien roulant. A travers le pont qui traverse le Inn on s’est mis dans l’ascension vers S-Charl. Parfois le route était rasé des descentes de pierres et masse d’eaux qui ont fait de gros dégâts il y a 3 ou 4 semaines auparavant. Même un pont a été détruit par les masses de pierres et eaux et a du être remplacé par un pont provisoire pour que les habitants de S-Charl se sont plus coupé du monde.  On avançait bien et après une pause-banane on atteint S-Charl et nons bidons seront remplis dans la fontaine centrale. A partir d’ici le soleil nous ne lâche plus pour cette journée et les températures s’améliorent. Au départ ce matin elle furent à 12 degrés et maintenant on accuse les 20, quel plaisir. L’ascension n’est pas très difficile, mais plutôt longue. Le paysage est formidable !  A partir de la Alp Astras le chemin devenait un joli Trail qui se poursuivait jusqu’au Passo di Costainas hinzog.  Après une courte pause, cette fois-ci exclusivement pour admirer le paysage on a commencé la descente par un trail un peu raide au départ. ce fut la seule difficulté du jour. Ensuite un chemin qui nous mène à Lü pour ensuite franchir les derniers mètres sur du asphalt. Notre étape d’aujourd’hui s’appelle Sta.Maria dans le Münstertal où on logeait dans l’auberge de jeunesse. On était vite pour cette étape, qui était plus courte que les autres et une terrasse au soleil s’impose avant d’aller au CheckIn de l’auberge qui ouvre à 17h.

temps 3h53 – distance 46,82km – AVG 12,0km/h – dénivelé positif 1271hm – dénivelé négatif 1099hm

Morgens wechselnd bewölkt
matin éclaicis
Mittags freundlich
midi ensoleillé

Jour 6 – étape 5 – 22.08.2015 Sta.Maria-Grosio

étape5 : Sta.Maria-Grosio
étape5 : Sta.Maria-Grosio

Aujourd’hui, super météo ! Lorsque le réveil nous sonne à 7h00 le soleil était déjà au rendez-vous et aucune nuage cachait ce bonheur. Et toute hate on se lève et on passe au petit-déjeuner. Il ne faut pas tarder car la journée aujourd’hui sera très longue en kilomètres et dénivelé. 2 cols sont à franchir qui ne facilitera pas la tache. Vu que la voiture était un peu écarté sur un parking endehors du village, on était moins rapide comme espéré. Juste après 9h on fut finalement sur non vélo pour cette étape qui sera la plus jolie. La Val Mora nous attend. La première ascension assez raide mais sur piste bien préparée était dure jusqu’à arriver sur un petit plateau (Pra de Vau). étape5 A partir d’ici le chemin est plus régulier et notre route se poursuit via Alp Praveder jusque Döss Radond. Enfin on est dans le fameux Val Mora, une vallée haute très calme qui se poursuit pendant quelques kilomètres. Un rêve.étape5 - Val Mora J’ai du m’arrêter plusieurs fois juste pour faire des fotos. Maurice branchait sa caméra Rollei et quelques clips seront probablement à voir sur son film. On magnifique trail S1 nous attend derrière une traversé d’un petit pont. Ceci fait jouir Maurice. En fin de trail on arrive sur la frontière Suisse-Italie et on fait une pause sur un banc. J’entame une discussion avec un fermier qui lui aussi avec son chien fait une pause et admire les montagne avec ses jumelles. Il reproche tous les vtt’istes de ne pas respecter le calme, la nature et qu’ils détruisent les petites barrières qui séparent ses prés pour les vaches. D’après lui il y a pendant les mois d’été en moyenne 300 vtt’istes qui passent la vallée par jour. Je dois lui donner raison, car pendant notre discussion il y a plusieurs qui passent à toute vites le trail. D’ailleurs pour les randonneurs qui eux aussi passent cet endroit c’est pas facile. Un peu de respect aux fermiers et randonneurs, svpl. On a continué et on arrive sur le 2 barrages (Lago Giacomo und Lago Cancano) ou une petite halte s’est imposée au Torri di Fraele. étape5 - Torri di Fraéle ici on a une superbe vue sur la vallée, la route du pass avec ses multiples serpentines. Le chemin continue toujours sur la hauteur et se poursuit pendant des kilomètres. On a franchi Arnoga pour arriver au pied du Passo di Verva. Les premiers mètres étaient dure et ma condition physique était à bout. Ceci veut dire, descendre du vélo et pousser jusqu’à ce que cela devient moins raide. étape5Maurice a fait l’ascension complète sans descendre, un bon exploit, pourtant le chemin était semé de gros cailloux et roches. Le vent se levait de plus en plus et les températures chutent. A la Alpe di Verva ont s’est changéétape5 - Alpe Verva pour mettre nos vestes. Enfin arrivé au Passo di Verva. étape5 - Passo di VervaLa descente s’avère au début difficile, semé de gros cailloux, on reste prudent pour ne pas se chopper un pied plat, mais ensuite après Eita le tracé devient route et on fonce à toute allure vers Grosio. Une descente sans fin qui met à rude épreuve les plaquettes de freins (dénivelé négatif de 1700 mètres vers 650 mètres). On doublent plusieurs voitures dans la descente. Ensuite Grosio en italie fut atteint et notre logement s’appelle Hotel Sassella. Malheureusement les prévisions météologiques ne sont pas très rassurant pour les jours suivants. J’ai encore sur mon laptop travaillé une partie de la nuit sur 2 étapes variantes, si par hasard la météo nous joue un mauvais tour et on ne pourra pas passer par le Passo del Alpe (2600hm) et le Passo Galvia .. à voir

temps 5h40 – distance 74,3km – AVG 13,22km/h – dénivelé positif 1557hm – dénivelé négatif 2221hm

matin soleil
midi soleil
midi ensoleillé
midi ensoleillé

Jour 7 – étape 6 – 23.08.2015 Grosio-Prescasaglio

étape6: Grosio-Prescasaglio

Aujourd’hui au lever la vallée était couverte par des nuages, mais il ne pleuvait pas encore. Dans la nuit il y a eu pourtant quelques averses. Lors du petit-déjeuner je me suis renseigné auprès d’autres coureurs qui font leur traversée des alpes et certainement sur la même route, quel sera leur avis par rapport à l’étape prévue c-à-d de faire le Passo del Alpe (2463hm). Personne ne pouvait me confirmer. On a pris la décision de rester sur la route initiale et de faire les cols même dans la pluie. En fin de compte ce fut la bonne décision, car la grande pluie restait l’exception à par la fin de journée pour la descente du Gavia. Comme presque tous les jours, on est parti à 9h00 pour rouler sur la route qui nous amène les 10km en amont via Tiolo, Mondadizza jusque Le Prese Nuove. Ensuite l’ascension commence de 900 mètres à 1500 mètres vers Frontale. Il y avait des multitudes de serpentines à absolver pour gagner de l’altitude. Ensuite la petite route devient un chemin semé de plusieurs plaques de pierres. Ces plaques étaient difficile à rouler, étape6, premièrement très raides, deuxièment pas plats. J’ai du descendre du vélo et pousser ce qui n’est pas moins consommatrice d’énergie. D’après le roadbook de Andreas Albrecht tout le monde va pousser à partir de la Valle di Rezzalo, tôt ou tard tout le monde sans exception. Mais seul Maurice a pu contenir jusqu’au pass. Chapeau ! Peut-être tout juste 20 mètres qu’il a poussé son vélo. Bonne performance ! On arrive sur un premier plateau, Baite, et on entame une autre ascension de même semé par ces plaques pour arriver à un second plateau, Etappe6Saleit, et on s’est toumenté jusqu’au Passo del Alpe. Malheureusement les nuages nous évitaient la vue et on s’est mis directement en route pour la descente,étape6 qui devrait aller jusqu’à la route qui monte vers le Passo di Gavia geht. On a pris le mauvais trail. Au lieu de prendre la variante facile on optait pour ce trail qui était jonché par des champs de grosses pierres qui compliquait la chose. Ce fut pas la solution parfaite, car il nous fut impossible de rouler bien régulier. Souvent a on du mettre pied par terre et porter le vélo dans cette partie bien technique. On aurait du prendre le chemin à gauche et ainsi gagner 30 minutes, qui nous ont manqué en fin de journée. Une fois arrivé sur la route (Ponte del Alpe) on monte encore 5km sur la route, doublé maintes fois par des motards jusqu’au sommet. Une petite pause de café, panini et coka dans le Rifugio Berni, nous a chauffé et donnée les forces nécessaires pour la fin d’étape. On a mis tous nous vêtements pour la descente dans la pluie qui devient de plus en plus abondante. Une foto au sommet du Gavia (2625hm) avant de descendre dans les nuages à une visibilité quasi zéro.étape6 - Passo Gavia On a allumé nos petites lampes, ce qui était bien nécessaires car le flanc sud était dans le brouillard complet. La vue était de moins de 20 mètres, et aucune orientation possible. Impossible de voir quelque chose et de s’orienter. Tout le temps sur les freins, même dans les lignes droites. Rouler fluidement était impossible. On a même presque raté un tunnel. Sans le savoir on se trouvait dedans. Pourtant le roadboad interdisait de passer par le tunnel (non illuminé) et de passer par un trail à droite (ancienne route du Gavia non asphalté). ici un monument laisse penser au 18 Alpinisti qui ont trouvé la mort en 1956 lorsque leur camion s’est écrasé. étape6 - Passo GaviaLa descente fut une catastrophe, même les voituires roulait avec clignoteurs et en allure escargot. On était content d’être enfin arrivé en bas et la pluie devenait abondante. On était mouillé jusqu’aux os. On avait presque raté les consignes du GPS qui nous dirigeait vers Prescasaglio, la fin d’étape,l’Albergo Frigidolfo. Vers +- 16h30 on est arrivé, trempé, on la seul envie était une douche chaude. la journée se termine à sécher les vêtements, chaussures, etc, mais aussi par quelques bonnes bières. mais aussi pour demain il n’y aura pas d’améliorations à prévoir niveau météo, et j’étais presque certain qu’on doit abandonner la Montozzo-Scharte qui rallie la Val di Sole. Comme alternative on fera le Passo Tonale. Malheureusement les prévisions font que pour les 2 derniers jours il faudra prévoir des alternatives. Déjà aujourd’hui on a vu que le passage d’un col de 2500 mètres dans la pluie est risqué.

temps 5h28 – distance 52,8km – AVG 10,78km/h – dénivelé positif 2118hm – dénivelé négatif 1402hm

matin nuages et un peu de pluie
matin nuages et peu de pluie
midi pluie
midi pluie

Maurice & Georges AlpenCross